Du 4 juillet au 31 octobre 2019

Architecture en terre d’aujourd’hui

Le CAUE de Maine-et-Loire et le cabinet Antarius Avocats  vous proposent de découvrir l’exposition “Architecture en terre d’aujourd’hui”, issue du TERRA Award (1er prix mondial des architectures contemporaines en terre crue) du jeudi 4 juillet au 31 octobre 2019 à la Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage.

TERRA Award – Un message aux bâtisseurs de demain, un projet d’éducation de la pensée architecturale contemporaine, une démonstration des savoir-faire professionnels, une leçon de simplicité et de modestie,
un éloge des règles de l’art de bâtir en terre crue, une pensée d’avenir pour notre Terre.

Patrice DOAT, architecte-chercheur, Co-fondateur de CRAterre
Terra Award

LA TERRE CRUE
UN MATERIAU ANCESTRAL POUR INVENTER L’AVENIR

 

La terre crue fut l’un des premiers matériaux de construction de l’humanité. Trois techniques, encore en usage aujourd’hui, ont en effet émergé avec la révolution néolithique et la sédentarisation de l’homme au Proche-Orient, vers la fin du dixième millénaire avant Jésus-Christ : torchis, bauge et briques de terre crue (adobe). Le pisé, plus sophistiqué, est apparu neuf siècles avant notre ère : ses fines couches de terre sont damées entre des banches pour édifier des murs d’environ 50 centimètres d’épaisseur. De très nombreux sites réalisés en terre crue sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Ces splendides témoignages de la beauté et de la pérennité de ce matériau universel sont disséminés dans le monde entier : Shibam au Yémen, Tombouctou au Mali, des tronçons de la Grande Muraille en Chine, le palais du Potala au Tibet, le ksar Aït-Ben-Haddou au Maroc, l’Alhambra à Grenade, le centre médiéval de Strasbourg, etc.

Aujourd’hui, environ 40 % de la population mondiale vit encore dans des habitats en terre crue, mais ce matériau ancestral est en train de vivre une renaissance contemporaine grâce à des centaines de bâtiments associant qualité esthétique et innovation technique. Professionnels, médias et grand public redécouvrent ainsi les qualités de ce matériau « éco-local », dont la transformation et le transport nécessitent peu d’énergie : il est généralement tiré du site du chantier. C’est pour prouver sa modernité et contribuer à son essor que le premier Prix mondial des architectures contemporaines en terre crue a été lancé en 2015. Ce TERRA Award est porté par CRAterre-ENSAG et par le centre de recherche et d’expérimentations amàco (atelier matières à construire). Il valorise à la fois le courage des clients qui ont fait le choix de la terre crue, la créativité des concepteurs et les compétences des artisans et entrepreneurs. Réalisés en adobe, bauge, torchis, pisé ou blocs de terre comprimée (BTC), les 40 finalistes présentés dans l’exposition sont des exemples inspirants issus des cinq continents, qui incitent à la redécouverte d’un matériau abondant et bon marché.

Parfaitement adapté à des chantiers participatifs, la terre pourrait couvrir une partie des besoins en logements économiques et confortables, tant dans les pays émergents que dans les pays industrialisés, notamment en France. D’ailleurs, deux des principaux mécènes du TERRA Award sont des bailleurs sociaux (Aquitanis à Bordeaux et Actis à Grenoble), qui développent actuellement des projets de logements associant deux ressources locales : le bois… et la terre, dont ils ont compris les multiples avantages. La présence de murs ou d’enduits en terre crue garantit un climat intérieur sain : outre l’absence de produits toxiques, le matériau régule l’humidité et absorbe les odeurs et les bruits. L’inertie thermique permet aussi d’assurer naturellement une température agréable : la chaleur accumulée pendant la journée dans l’épaisseur des parois est diffusée pendant la nuit dans le bâtiment.

Le rayonnement des bâtiments présentés dans l’exposition favorise le renouveau de la terre crue en métamorphosant son image de matériau passéiste, symbole de pauvreté. Dans les nations industrialisées comme dans les pays émergents, construire avec de la terre aujourd’hui est une contribution majeure à la transition écologique et sociétale.

Pour en savoir plus :
L’architecture en terre d’aujourd’hui, éditions MUSEO, édition augmentée 2017

Dominique GAUZIN-MÜLLER est architecte-chercheur. Elle a publié quatorze livres sur l’architecture et l’urbanisme éco-responsables et enseigne sur ces thèmes au niveau international. Professeur honoraire associée de la chaire UNESCO-CRAterre et coordinatrice du TERRA Award, elle est commissaire de l’exposition itinérante “Architecture en terre d’aujourd’hui” et auteure du livre qui l’accompagne.

Production : Agence MUSEO et amàco (atelier matières à construire) | Commissaire de l’exposition : Dominique GAUZIN-MÜLLER | Comité scientifique : Patrice DOAT, Laetitia FONTAINE, Hubert GUILLAUD

OUVERTURE EXCEPTIONNELLE DIMANCHE 22 SEPT. 2019 

de 15h à 18h

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine

Journée du Patrimoine 2019
© Playground / MC

Warning: preg_match(): Compilation failed: invalid range in character class at offset 12 in /home/cauepdl/www/wp-content/plugins/js_composer/include/classes/shortcodes/vc-basic-grid.php on line 177

ADRESSE

MATP
Maison de l'Architecture
des Territoires et du Paysage
312 avenue René Gasnier
49100 Angers

ENTRÉE GRATUITE
Ouvert du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h30 et de 14h à 18h
Fermé les week-ends et les jours fériés

Témoignage

Bernard BlancBernard BLANC, Directeur général de l’OPHLM de Bordeaux Métropole AQUITANIS, mécène des TERRA Award, explique comment AQUITANIS, engagé dans une transition vers un modèle ecoresponsable, fait évoluer ses systèmes constructifs.